Déstockage massif

Publié le 2 Jan 2012
b
2 274 vues

Nouvelle année, nouveau … rangement et grand déstockage. Non, je ne parle pas des supermarchés et des soldes, mais bien de l’espace gagné dans notre cave. 

Chez nous, nouvelle année rime avec grande nouveauté : notre famille va passer de 2 à 3 personnes. Le temps est donc venu, petit à petit, de faire de la place. Au salon, la grande et puissante chaîne hi-fi prend la sortie et un diffuseur de musique pour accessoires Apple prendra sa place. Ce fut le point de départ … mais pas la fin.

Ensuite, ce fut au tour de la cave de connaître un déstockage massif.

Un temps pour garder, un temps pour jeter

Il y a tellement de choses que l’on garde, parce qu’on pense qu’on pourrait encore en avoir besoin une fois. Ainsi en était-il de mes souvenirs de cours d’école normale et de circuit tertiaire. Jusqu’à quand faut-il garder ces archives ? Quand décider qu’on n’ouvrira plus ces cartons et que l’on ne consultera jamais ces documents. Certains, pour ne pas amasser, on décider de se séparer – en jetant ou en donnant – tout ce qu’ils n’ont pas utilisé pendant 12 mois. D’autres, gardent et stockent à n’en plus finir. Qui n’a pas connu des amis qui avaient peur du jour où ils devraient vider la maison de leurs parents à causes des caves et greniers qui étaient remplis d’objets qui auraient pu servir une fois.

On en fait quoi?

Maintenant que l’on a décidé de faire de la place, reste à décider ce que l’on fera de toutes ces choses. Depuis des mois, et même certaines années, plusieurs objets sont en vente sur internet. Mais pour ce type d’objets, il y a beaucoup d’offres et peu de demande actuellement, D’autant plus que les objets d’occasion d’il y a quelques années vendus en seconde main aujourd’hui sont à peine moins cher que des neufs. Par exemple les écrans plats pour ordinateur : achetés à bon prix il y a quelques années, le même type coûte moins de la moitié aujourd’hui. Pourquoi acheter une occasion dans ces circonstances. Vendre, c’est très difficile.

Une autre alternative, c’est de donner, à des nécessités ou à des oeuvres de charité qui revendent à bas prix ces objets reçus. Mais là non plus, ce n’est pas gagné d’avance. Devant l’énorme offre de certains types d’objets et de la faible demande, ces magains croulent sous les invendus. Nous en avons fait l’expérience avec des centaines de livres qui n’ont pas trouvé preneurs, ni à la vente, ni au don.

Reste la benne ! C’est dommage, mais la plupart des objets que nous vidons de notre cave finiront demain à la déchetterie. Bien sûr, il y a des tonnes de papier d’archives, conservés dans des cartons déménagés de cave en cave jusqu’à moisissure avancée pour certains, de vieux cartons d’emballage dont les appareils ont disparu de la circulation depuis des mois et parfois même plus, des appareils partiellement hors d’usage qui auraient peut-être hypothétiquement pu servir une fois, … mais aussi le matériel informatique un peu plus ancien (ordinateur Pentium III et 4, …) qui n’a pas eu de nouvelle vie faute de preneurs.

Et là, malgré ses grands talents de déménageuse, mon Octavia n’aura pas réussi tout embarquer.

Les temps changent

Conserver des cours en archives que l’on pourrait utiliser une fois, c’est de l’histoire ancienne. En effet, tout ce que l’on vent trouver, on le trouve rapidement sur internet avec un peu d’expérience. Et même de très bonnes sources. Exit les encyclopédies, les classeurs de notes, …Sauf pour ceux qui ont et aiment les beaux livres, luxueusement reliés, avec couverture en cuir et tranche dorée … les vrais quoi !

Pour les autres, les ressources électroniques ont l’avantage de prendre beaucoup moins de place et donc d’en avoir plus pour d’autres choses. Pour nous, cette place sera consacrée à ‘arrivée de béb et son armée de jouets, couches, habits et autres effets.

Ce qui m’a beaucoup surpris, en faisant le fond de mes cartons, c’est de trouver une bonne série d’objets encore en ordre de marche mais que l’on n’utilise plus : trop vieux, dépassés, … plus à jour. Quelques exemples :

  • les cartes Compact Flash de mon premier appareil photo numérique
  • des disquettes souples 5 1/4 avec mes archives de cours préparés lors de mes stages
  • des walkmans et les bonnes vieilles cassettes qui vont avec
  • les cassettes vidéos d’émissions enregistrées à la télévision … Pourquoi les conserver alors que l’on trouve tout ou presque à la vidéothèque ou sur internet
  • des câbles USB, réseau et autres, que l’on utilise beaucoup moins maintenant avec les appareils Wi-Fi, Bluetooth, …

 

Il y a maintenant de la place, et même beaucoup de place. Mais jusqu’à quand? Où trouver l’équilibre entre garder et ne pas conserver ? Un travail d’équilibriste ?

Dernières publications

Pin It on Pinterest